Articles

Calories : un mythe, une illusion, une absurdité !

Alors que la théorie des calories alimentaires n’a jamais eu la peau aussi dure et le vent autant en poupe, il est pourtant crucial de remettre les évènements dans leur contexte. Dans cet article, Terraponia remet en perspective un dogme dominant selon lequel les calories alimentaires sont le régulateur de la prise de poids chez l’humain. Le sujet avait d’ailleurs déjà abordé dans un article précédent intitulé Diététique : la théorie erronée des calories alimentaires.

La calorie, une simple unité physique abandonnée !

Avez-vous déjà entendu parler d’un physicien répondant au nom de Nicolas Clément ? Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il est à l’origine de la création de la calorie. En effet, en 1824, ce dernier définit la calorie comme une unité énergétique. Selon Larousse, la calorie est une ancienne unité de mesure de quantité de chaleur équivalant à 4,185 joules. Elle permet d’élever la température de 1 g d’eau d’environ 1 °C au voisinage de 15 °C et à la pression atmosphérique normale.

Toutefois, cette unité énergétique n’est pas utilisée dans le système international des unités de mesure car elle est jugée « trop incertaine ». Il semblerait que le joule soit préféré à la calorie.

Une unité de chaleur pour parler des aliments, une absurdité !

Comme l’aurait dit notre illustre Coluche en parlant de la publicité, « je voudrais savoir si on est aussi con que ça ? ». Dans le cas des calories dites « alimentaires », la question est plus que légitime.

Le corps est-il un four ? Les aliments vont-ils fondre ou s’évaporer, dans le corps, sous l’effet de la chaleur corporelle ? L’humain dégage-t-il de la fumée lorsqu’il ingère des aliments ?

A moindre d’être dans un état second, envisager une réponse positive à l’une de ces trois questions serait de la pure mauvaise foi. Dès lors, dans la mesure où le processus de digestion commence par l’olfaction, puis se poursuit par la mastication des aliments et qu’elle s’accélère par la sécrétion de sucs digestifs, il va de soi que le corps humain n’a absolument rien d’une chaudière.

La digestion est une savante combinaison de processus mécanico-chimiques du corps mais, à aucun moment, le résultat d’une élévation de chaleur ou d’une combustion.

Conclusion

Ainsi, notre démonstration arrive à son terme. Parler de l’énergie calorifique d’un aliment est inutile puisque toute unité de chaleur est indifférente au processus de digestion chez l’humain.

Mais dans un monde de statistiques où tout est « mathématiques », il fallait bien trouver une idiotie à faire gober aux gens pour justifier l’achat de tel ou tel aliment, ou de telle ou telle boisson.

Bref, les calories relèvent du domaine de la croyance … et n’ont donc rien à faire avec la nutrition.

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *