Articles

Dentition : la controverse des amalgames dentaires au mercure

Bonjour,

La dentition des l’Homme moderne conditionne en partie sa faculté de parler ainsi que le type de nourriture qu’il peut consommer. Si la poursuite de la vie humaine commence effectivement par la bouche et son contenu – notamment en ce que les dents servent à mastiquer et la langue à déglutir les aliments -, il est certain que l’avènement du plombage dentaire à base de mercure au XIXème siècle à créé un froid sur la santé buccale et même physique.

Un graphique qui en dit long !

Graphique original intitulé “More mercury than silver” [1]

Une toxicité absolument inconcevable

Ces amalgames dentaires ne sont ni plus ni moins qu’une source permanente et importante d’intoxication. De surcroît, ils sont aussi les facteurs déclencheurs de nombreuses réactions allergiques dans le corps, telles que les allergies aux produits laitiers.

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, tout métal rouille avec le temps. Bien évidemment, les métaux présents dans la bouche n’échappent pas à cette règle, d’autant plus que le taux d’humidité y est conséquent. D’ailleurs, il faut noter que dans certains pays tels que la Russie et la Japon, les amalgames dentaires métalliques sont interdits depuis plus de 30 ans. Plus récemment, en 2002, la Norvège a emboîté le pas des russes et japonais. [2]

Les vapeurs toxiques qui émanent du mercure pénètrent les poumons à chaque respiration. De plus, elles pénètrent également dans le système digestif lors de l’ingestion d’aliments ou de boissons. A partir du moment où ces vapeurs pénètrent le sang et la lymphe, les dégâts peuvent être vraiment conséquents en plus d’être parfois irréversibles, notamment concernant le système nerveux.

Si le mercure est fortement toxique pour l’organisme, il n’est toutefois pas le seul élément présent à poser problème dans ces amalgames.

En effet, il est important de signaler qu’on y trouve parfois des traces de thallium. Ce dernier cause des douleurs profondes et est susceptible d’engendrer la paraplégie puisqu’il affecte à la fois la peau, le système cardio-vasculaire et le système nerveux. [3]

Pour citer le chirurgien-dentiste américain Frank Jerome, exerçant en Indiana, « la contamination avec du thallium me [F. Jerome] choque plus que celle du plomb, cadmium et mercure réunis parce que l’on ne s’y attend en aucune façon. Le dernier plus grand domaine d’utilisation du thallium, notamment dans les raticides, a déjà été interdit dans les années 70 aux États-Unis. Chez tous les patients en fauteuil roulant que j’ai analysés j’ai trouvé du thallium ». Pour information, la dose létale de thallium se situe entre 0,5 et 1 gramme. [4]

Les rares solutions existantes

S’il est souvent conseillé de ne pas procéder au retrait de ces amalgames contenant du mercure, il semblerait que la donne commence à changer, notamment grâce divers protocoles mis en place par différents centres.

Voici le lien du centre EHS & MCS, c’est-à-dire le groupe européen des recherches et des traitements : dépose des amalgames. Leur article se concentre sur les solutions pour déposer les amalgames. Toutefois, le coût occasionné par ces services est assez important.

 

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

3 thoughts on “Dentition : la controverse des amalgames dentaires au mercure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *