ActualitéArticles

Horloge biologique : le temps de sommeil et de veille naturels

Beaucoup perçoivent encore le corps humain comme étant une formidable machine aux capacités limitées. Mais si d’apparence les capacités humaines semblent limitées, pouvez-vous assurer qu’elles le sont concernant son fonctionnement interne ?

Pour citer Albert Einstein, « il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue ». Bien que je sois d’accord avec cette citation, elle me paraît être incomplète. En effet, le fonctionnement interne du corps humain dépasse l’entendement et le compréhensible à la fois par sa complexité, son génie et ses mystères si attachants.

Le thème de cet article porte sur l’horloge biologique naturelle du corps humain associée au temps de sommeil et de veille, dont la plupart des gens ignorent totalement l’existence. Ne vous êtes-vous jamais demandé comment nos ancêtres lointains faisaient pour vivre sans électricité, sans feu, sans réveil, sans téléphone, etc… ? Et surtout, comment faisaient-ils pour vivre sans avoir la notion de TEMPS, ou du moins sans pouvoir le quantifier ?

Vous trouverez la réponse à ce fameux « comment ? » dans cet article.

Petit rappel sur l’histoire de l’Homme

Si les plus anciens ancêtres de l’Homme remontent à environ 4 millions d’années, cela ne fait « que » 750 000 ans que cet être vivant, ô combien unique, maîtrise le feu. En avançant un peu dans le temps, on s’aperçoit que l’Homo-Sapiens fît  son apparition il y a environ 200 000 ans.

Toutefois, sur cette période de 200 millénaires, 194 d’entre ces derniers appartiennent à la notion commune de « préhistoire ». Durant ces 194 millénaires, l’Homme est assimilé à un « cueilleur-chasseur ». De surcroît, il développe un langage lui donnant conscience, par exemple, de ce que représente la mort, il apprend à sculpter et à peindre.

Enfin, il est coutume de définir la période allant de l’an 4 000 av. J-C à nos jours comme étant celle des évolutions « majeures », comprenant : la création de l’agriculture, des villages et des villes. C’est la fin de la « préhistoire » et le début de « l’histoire » !

Savez-vous ce que représente « l’histoire » par rapport à l’Histoire de l’Homme (en pourcentage) ? Le calcul est simple : 6000 ans / 4,0 millions d’années = 0,150% !

Avant de poursuivre et de se focaliser sur le fonctionnement biologique du corps humain, savez-vous ce que représentent les 200 dernières années, où l’on a assisté à la naissance de l’électricité et d’autres inventions indispensables de nos jours, par rapport à « l’Histoire » ? Le calcul n’est pas plus compliqué que le précédent : 200 ans / 4,0 millions d’années = 0,005% !

En d’autres termes, la révolution industrielle de ces 200 dernières années ne représente QUE 0,005% à l’échelle de l’Histoire de l’Homme !

L’objectif des démonstrations précédentes

Mais alors, me direz-vous, pourquoi faire tous ces rappels et ces calculs ?

La réponse à cette question est très simple : le but est de mettre évidence que l’Homme n’a pas connu la moindre source de lumière artificiellement créée, par exemple, pendant au moins 99,995% de son temps d’existence sur Terre. Par-dessus tout, ne possédant ni montre ni machine sophistiquée pour déterminer à combien de périodes de radiation d’un atome de césium correspondait 1 seconde, l’Homme vivait sans quantifier le temps aussi précisément qu’aujourd’hui. Toutefois, on peut dire que son cycle de vie était bien plus naturel que le nôtre.

Une dernière question majeure s’impose : Comment l’Homme faisait-il pour vivre sans notion de temps, sans réveil ou sans montre pour indiquer l’heure du coucher ?

Accrochez-vous, cela commence maintenant !

L’horloge biologique humaine, une merveille de précision

Le corps humain possède un ensemble de cycles biologiques prédéterminés, qui se synchronisent naturellement avec les rythmes circadiens propres à la nature. Selon la fameuse université canadienne McGill, « les rythmes circadiens sont des cycles biochimiques, physiologiques et comportementaux qui oscillent selon une périodicité d’environ 24 heures. » Toutefois, ces fameux rythmes circadiens de la nature sont directement liés aux mouvements de la planète Terre, et ces derniers sont eux-mêmes influencés par les mouvements de la Lune et des autres planètes.

Chaque rythme individuel agît sur l’une des fonctions propres au corps telles que les battements du cœur, la température corporelle, les sécrétions hormonales, le seuil de douleur et bien d’autres. Tous ces cycles biologiques sont parfaitement coordonnés les uns aux autres et sont contrôlés par l’hypothalamus, véritable « cœur » du cerveau. Comme vous l’aurez compris, modifier ou décaler l’un des cycles revient à modifier ou décaler l’ensemble des cycles biologiques en place.

Beaucoup de troubles de santé et corporels sont la conséquence de modifications des rythmes naturels du corps humain, souvent dus à une vie malsaine et irrégulière.

Les cycles d’activités et de repos

Nos cycles biologiques de veille, de sommeil et les processus biochimiques vitaux sont intimement liés aux changements cycliques du jour et de la nuit. En effet, dès les premières lueurs du jour, le corps sécrète de puissantes hormones appelées glucocorticoïdes. Leur sécrétion varie grandement en fonction des « variations circadiennes » sur une journée complète de 24h. Ces glucocorticoïdes rythment certaines des fonctions vitales de l’organisme, telles que le métabolisme, les réponses du système immunitaire ou encore le taux de glucide dans le sang. Les niveaux les plus élevés se situent entre 4h et 8h du matin et diminuent peu à peu à mesure que la journée se poursuit. En revanche, le taux le plus bas se situe entre minuit et 3 heures du matin.

Si les cycles de veille et de sommeil naturels quotidiens viennent à être modifiés trop souvent, le rythme circadien des glucocorticoïdes (contenant du cortisol) change aussi. En effet, imaginons qu’une personne habituée à se coucher tôt, vers 22h, décide à présent de se coucher à minuit et/ou qu’elle décide désormais de se réveiller aux alentours de 8h alors qu’elle se levait auparavant à 6h du matin. Le changement horaire du point de vue hormonal serait vraiment néfaste pour le corps puisque les déchets s’accumulant à la fois dans la vessie et le rectum durant la nuit sont plus propices à être éliminés entre 6h et 8h du matin. Si les habitudes de sommeil changent de manière négative pour le corps, alors ce dernier n’a pas d’autre choix que de contenir ces déchets et d’en réabsorber une partie.

Dans l’intérêt des cycles circadiens naturels et biologiques du corps, dormir tôt (avant 22h) et se lever tôt (entre 4h et 6h du matin, c’est-à-dire avant le lever du soleil) sont les choix les plus adéquats à opérer.

De l’importance de la mélatonine

La mélatonine est une hormone appartenant à la glande pinéale, souvent appelée « l’hormone du sommeil ». Toutefois, si des gens sont parfois conscient de son existence, il leur est difficile d’expliquer les mécanismes sous-jacents et les pics journaliers concernant la sécrétion de mélatonine. Cette dernière commence à être sécrétée aux alentours de 22h (cela varie en fonction de l’âge) et entraîne la somnolence. La sécrétion maximale est atteinte aux alentours de 1h30 du matin, c’est-à-dire la période pendant laquelle le sommeil est le plus profond, tandis que son niveau minimal se situe vers midi.

Les fonctions associées à la glande pinéale sont nombreuses et toutes sont très importantes pour le corps. En effet, la glande pinéale contrôle le sommeil, la tension, la « motricité », le système immunitaire, la croissance cellulaire, la température corporelle, etc… Toutefois, toutes ces fonctions dépendent du cycle équilibré de la production de mélatonine.

La sérotonine, une hormone aussi vitale et souvent méconnue

Bien que la sécrétion de mélatonine soit très importante, ce n’est toutefois pas la seule qui ait tant d’importance dans les rythmes circadiens. En effet, le cerveau synthétise également une autre hormone appelée sérotonine, qui est fondamentale pour notre bien-être émotionnel et physique. Son rôle est majeur dans la mesure où elle influence l’appétit, les rythmes du jour et de la nuit, le comportement, la peur, le comportement sexuel et la mémoire.

A l’inverse de la mélatonine, la sécrétion de sérotonine croît avec la lumière du jour et l’exercice physique. En se levant tard dans la matinée, la sécrétion de sérotonine sera moindre du fait de la plus faible exposition à la lumière. De plus, sachant que la dégradation de sérotonine mène à la formation de mélatonine, il est évident que plus le niveau de sérotonine (dans la journée) est bas et plus celui de mélatonine le sera également (pendant la nuit). Autrement dit, moins le corps produit de sérotonine durant la journée et moins le sommeil sera profond et réparateur.

Conclusion

Ainsi, l’horloge biologique naturelle du corps humain associée au sommeil, fonctionnant grâce aux rythmes circadiens, est l’élément qui a permis à l’Homme de pouvoir vivre sans notion précise du temps et sans toutes les technologies issues de ces 200 dernières années. Il était principalement rythmé par les cycles du jour et de la nuit, qui influençaient les rythmes circadiens du corps, ces derniers influençant eux-mêmes les comportements à adopter par les Hommes de la « préhistoire » et des millénaires précédents.

Si, autrefois, les perturbations des rythmes circadiens étaient inexistantes du fait de l’incapacité de l’Homme à rester éveillé dans l’obscurité de la nuit, les évolutions connues lors de ces 200 dernières années (notamment concernant les styles de vie) ont mené la plupart des gens à se dérégler, biologiquement parlant, et à dérégler leur propre fonctionnement naturel. Cependant, les conséquences ne sont pas à prendre à la légère : troubles de la santé, maladies chroniques du foie, insuffisances respiratoires, problèmes cardiovasculaires, mal de tête, « dépression » ou même apparition de tumeur(s).

Bref, tout autant de symptômes qui seraient inexistants en respectant des cycles naturels de vie et une alimentation adaptée à l’être humain.

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

2 réflexions au sujet de « Horloge biologique : le temps de sommeil et de veille naturels »