ActualitéArticles

Protéines : la fin d’un mythe et le début d’une nouvelle ère alimentaire !

Depuis quelques années, la mode des protéines a fait son bout de chemin jusqu’à en devenir un phénomène d’hystérie collective. Partout, on entend qu’il faut en manger. Le refrain est désormais bien rodé. Alors que les ventes de suppléments protéinés et autres barres céréalières crèvent les plafonds, il est bon de comprendre que cette surconsommation protéinique est scientifiquement infondée. Explications…

A quoi servent-elles ?

Les protéines sont au cœur de la croissance des tissus. De même, elles permettent leur renouvellement (afin de réparer leur usure normale). En revanche, elles ne figurent qu’au troisième plan du point de vue énergétique. En effet, leur utilisation comme apport énergétique ne peut s’opérer qu’en cas de carence à la fois en glucides et lipides.

Une composition chimique assez particulière

Très simplement, les protéines sont un agencement, plus ou moins long, de structures simples appelées « acides aminés ». La tâche principale de ces derniers consiste à assurer le transport optimal ainsi que le stockage optimisé des substances nutritives (macro- et micro-nutriments).

Au cours de la digestion, les protéines sont fragmentées en ces acides aminés. Une fois isolés, ces derniers sont assimilables et s’introduisent ensuite dans les processus métaboliques.

En d’autres termes, la vie ne serait nullement possible sans acides aminés. Comme vous l’avez compris, ils gèrent l’ensemble du métabolisme de base. Pour rappel, le métabolisme désigne l’ensemble des réactions chimiques permettant à un être vivant de se maintenir en vit, de croître et de perdurer.

Le corps recycle 90% de ses protéines

Bilan récapitulatif : pas d’acides aminés = pas de vie.

Or, il serait fou de penser que le corps laisse à la charge de l’être vivant d’apporter quotidiennement l’ensemble des éléments nécessaires à sa survie. Non, le corps se suffit à lui-même. Il recycle, effectivement, la quasi-totalité de ses protéines … comme en attestent deux articles de deux grandes universités américaines : Harvard (USA) & McGill (Canada)

Dans un article intitulé « Votre corps se recycle lui-même – moment capturé en vidéo », l’Université McGill explique que « Nos corps recyclent les protéines, éléments fondamentaux qui permettent la croissance et le développement des cellules. Les protéines sont constituées d’une chaîne d’acides aminés, et les scientifiques savent depuis les années 1980 que le premier dans la chaîne détermine la durée de vie d’une protéine. Des chercheurs de McGill ont finalement découvert comment la cellule identifie ce premier acide aminé – et l’ont capturé en vidéo.
‘Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les cellules recyclent les protéines – le jeûne, qui cause une perte musculaire, la croissance et les modifications inhérentes au développement [du corps], et un renouvellement naturel visant à remplacer les anciennes protéines par des nouvelles’, a expliqué le chercheur principal, le Dr Kalle Gehring, du Département de biochimie de McGill. »

En complément de cet article, l’Université Harvard a fait paraître un article intitulé « Aperçu du recyclage des protéines » dans lequel il est expliqué que « Le bon maintien des niveaux de protéines dans les cellules repose très largement sur un composant cellulaire appelé protéasome, qui dégrade les protéines non-nécessaires ou déficientes afin de recycler leurs composants pour un éventuel assemblage de nouvelles protéines ».

Enfin, un article de Pour La Science intitulé « Recyclage des protéines – Magazine Pour La Science N°281 Mars 2001 » explique avec brio que « Les protéasomes contiennent de nombreuses protéases, des enzymes qui découpent les protéines en morceaux. Toutefois, les protéasomes sont 100 fois plus grands et plus complexes que les autres protéases. Quand une protéine s’approche du seuil d’un protéasome, elle est aspirée et déchiquetée en acides aminés, lesquels seront réassemblés pour former de nouvelles protéines. La durée de vie de la plupart des protéines n’excède pas quelques jours, même dans des cellules qui se divisent peu, telles les cellules du foie ou du système nerveux. Les vitesses de dégradation varient : certaines ont une demi-vie d’une vingtaine de minutes, d’autres dans la même cellule subsistent pendant des jours, voire des semaines (la demi-vie représente le temps qu’il faut pour que la moitié de la quantité initiale de protéines soit dégradée). Qui plus est, les vitesses de dégradation peuvent varier notablement selon l’état de l’organisme ».

La santé, c’est droit devant vous grâce à Terraponia !

Vous êtes de plus en plus nombreux à faire confiance à Terraponia ainsi qu’à moi-même et je vous en remercie. Mais, au fond, je suis sûr que vous n’en arrivez strictement rien à faire de ma gratitude car votre objectif est de guérir et vous avez raison.

Ce que vous voulez, c’est quelqu’un qui vous guide avec précision et professionnalisme et qui vous encourage dans vos démarches de santé : je suis là pour ça, mes articles ainsi que mes publications également.

Si vous voulez véritablement guérir et vous assainir, alors continuez de me faire confiance en lisant mes articles, en achetant mes « pépites » (= ouvrages) et en donnant du crédit à votre santé avec la Consultation en Nutrithérapie. Avec tout cela, il est certain que vos actions positives vous impacteront bien plus que positivement.

Conclusion : avec moi, la révolution est en avion de chasse !

Et oui, Terraponia vient de frapper très fort ! Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais ce dogme « protéinique » avait la peau terriblement dure. Depuis plus d’un demi-siècle, il est rabâché à longueur de temps qu’il faut consommer des protéines, que la consommation de protéines est adéquate pour le sport, que l’Homme a besoin de protéines en grand nombre (végétales ou animales) dans son alimentation pour subsister, etc.

« Tout ça, je le dis et je le répète, ce sont des mensonges », petit clin d’œil à Daniel Balavoine.

Chers lectrices, chères lecteurs, comment vous expliquer qu’avec Terraponia et moi-même … vous serez prochainement en mesure de posséder un savoir utile plus grand que celui de quelque profession de santé que ce soit – à la fois sur les registres de l’alimentation, de la santé et du corps ? De même, comment vous expliquer que … vous aurez prochainement accès à un grand nombre d’informations visant à vous aider à manger bien plus sainement TOUT EN ÉCONOMISANT BEAUCOUP D’ARGENT ?

Pour le moment, le site tourne à la vitesse d’un F-15 Eagle mais le X-43A est en vue.

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

2 réflexions au sujet de « Protéines : la fin d’un mythe et le début d’une nouvelle ère alimentaire ! »

  1. Bonjour,
    C’est bien tout ça, mais les enfants, ils grandissent comment sans protéines, parce que le corps a beau recycler ses protéines, mais ça ne les multiplie pas pour “nourrir” les nouvelles cellules qui apparaissent en grandissant.
    Pour les plus âgés c’est pareil, à partir d’un certain âge, on n’assimile plus très bien les protéines c’est donc pour ça qu’il faut en manger plus (voir le dr Mercola https://ejercicios.mercola.com/sitios/ejercicios/archivo/2016/02/26/consumo-de-proteina-en-adultos-menores.aspx?utm_source=espanl&utm_medium=email&utm_content=lomasleido&utm_campaign=20180810&et_cid=DM227067&et_rid=390378547 )