ActualitéArticles

NASH/NAFLD : quand le « foie gras » humain fait des ravages !


Pour ceux d’entre vous qui ne le sauraient pas, Terraponia.fr est la suite du précédent site Rescommunis.net. Pour des raisons qui resteront confidentielles, Res Communis devait cesser d’exister. Il va donc de soi que je reprenne de plein droit mes propres articles et que je les fasse reparaître sur Terraponia.fr. Au passage, je remercie Volti qui avait relayé l’article sur Les Moutons Enragés.


« Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation… (juin 2017)

Aujourd’hui, notre article porte sur la maladie du foie gras non-alcoolique (ou NAFLD : Non-Alcoholic Fatty LiverDisease). Popularisée sous le nom de NASH (hépatite stéatosique non alcoolique), cette maladie du foie gras devient un enjeu de santé majeur. En effet, 1 français sur 5 semble déjà être concerné par la NASH … et ce n’est qu’un début.

Enquête sur une maladie témoignant d’une « alimentation », si l’on peut encore appeler ça ainsi, complètement anti-physiologique.

Différence entre la NAFLD et la NASH

Dans un premier temps, il convient de définir les deux termes que sont la NAFLD et la NASH. Ceci vous permettra de mieux vous repérer parmi ces deux maladies.

D’après la thèse de S. Lavigne pour la Faculté de médecine de Créteil, on peut définir le groupe des NAFLD (= Non Alcoholic Fatty Liver Disease) comme un très vaste ensemble d’hépatopathies (affections touchant le foie) couvrant plusieurs stades évolutifs. Que ce soit de la stéatose (accumulation de lipides dans des cellules non adipeuses) à la cirrhose constituée (bouleversement de l’architecture du foie par une fibrose entourant des nodules hépatocytaires), en passant par la fibrose ou la NASH, la NAFLD couvre vraiment l’ensemble des maladies fréquentes liées au foie. D’ailleurs, cette dernière est très répandue en Occident puisqu’elle semble toucher 20 à 40% de la population.

Concernant la NASH, ou hépatite stéatosique non alcoolique, elle repose sur trois éléments fondamentaux. Elle regroupe ainsi :

  1. Des lésions histopathologiques (étude microscopique des tissus) du foie faisant penser à une celles d’origine alcoolique.
  2. L’absence d’alcoolisme
  3. L’absence de toute autre cause d’affection chronique du foie

LA cause entraînant l’apparition d’une NAFLD

D’après une étude scientifique réalisée publiée en avril 2016, il ressort indéniablement que cette maladie du foie gras humain (ou NAFLD) est surtout présente chez les personnes obèses et chez les inactifs. Toutefois, l’obésité et l’inactivité vont souvent de pair. Il est donc logique de considérer que l’obésité est quasiment l’unique facteur générant une NAFLD.

Ainsi, la cause principale de la NAFLD est l’obésité. Ceci est d’ailleurs confirmé par l’étude en question puisqu’il est clairement dit que « la majorité des patients ayant une NAFLD sont en situation d’obésité, voire même d’obésité morbide, et sont accompagnés d’une résistance à l’insuline jouant un rôle central dans le syndrome métabolique ».

Or, l’insuline est un « polypeptide hormonal sécrété par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas, indispensable à l’équilibre glucidique ». Autrement dit, l’insuline est une substance produite par le corps afin de réguler le taux de sucre dans le sang. [Cela prolonge les propos tenus dans l’article précédent de Terraponia intitulé Sport : santé dégradée, perte de poids illusoire … bref, une énorme escroquerie]

De fait, si l’on se rappelle que les personnes atteintes d’une NAFLD sont quasiment toutes résistantes à l’insuline (ou insulino-résistants), on peut aisément en déduire la vraie cause sous-jacente de cette maladie.

En effet, toutes les variations de NAFLD sont exclusivement dues à une alimentation bien trop riches en sucres raffinés, ces derniers provoquant des pics glycémiques (brusques élévations du taux de sucre dans le sang) et demandant donc au pancréas un travail dantesque.

Le lien entre l’insulino-résistance et le foie gras humain (ou NAFLD)

Rappelez-vous : une NAFLD est, selon le stade, une maladie touchant plus ou moins sévèrement le foie. On l’appelle aussi, à juste titre, la maladie du foie gras humain d’origine non-alcoolique. Cependant, nous avons montré que la cause exclusive d’une NAFLD était due à une résistance du corps à l’insuline, qui est une substance sécrétée par le pancréas.

Alors là, vous avez peut-être un peu de mal à suivre. Ne vous inquiétez pas, nous allons vous expliquer le  lien entre insulino-résistance et foie gras.

Comme l’explique très bien un dossier consacré au sucre, « en cas de glycémie élevée (supérieure à 1 gramme de glucose par litre de sang), le pancréas produit l’insuline afin de rendre le sucre utilisable par les cellules : le sucre en surplus va être stocké dans le foie (en glycogène) ou transformé en graisses, et la glycémie va baisser ».

Désormais, nous avons absolument tous les éléments permettant de comprendre pourquoi la cause originelle d’une NAFLD est une consommation excessive en glucides raffinés et/ou aliments à Indice Glycémique (IG) élevé associée à une résistance à l’insuline. Le « foie gras » humain est ainsi l’une des conséquences du mode de vie et d’alimentation modernes. Comment appelle-t-on tous ces phénomènes dans les médias ? Ah oui, le Progrès ! Cela en dit long sur ce qui nous attend !

Une frise récapitulative des différents stades de la NAFLD

Conclusion (mise à jour)

Si Terraponia reprend aujourd’hui cet article, c’est pour une excellente raison. Comme vous l’avez peut-être remarqué, le précédent article du site portait sur le mythe de la perte de poids lié au sport. Dans cet article, il est expliqué que le régulateur de la prise/perte de poids est l’insuline. Il s’agit également d’une des raisons pour lesquelles la question du diabète a été traité dans ledit article.

A travers l’article du jour, donc celui vous lisez actuellement, le lien entre pancréas et foie est expliqué. La compréhension des effets de l’un sur l’autre, à travers une hormone appelée « insuline », est prépondérante. Les deux organes précités occupent un rôle majeur dans le fonctionnement des processus digestifs et du stockage de l’énergie.

Une nouvelle fois, l’alimentation moderne est visée. Trop raffinée, trop industrialisée, blanchie au possible, incommensurablement dénaturée et enrichie en substances chimiques, cette nouvelle façon de consommer va se payer très cher dans les quelques années à venir.

Chaque année, de nouveaux symptômes et de nouvelles statistiques tragiques apparaissent. Les cancers, l’autisme, l’Alzheimer, Parkinson, les AVC, les maladies rénales et pancréatiques, etc. croient à une vitesse TGV et il faut bien avoir conscience que les plus en danger sont les organismes en phase de croissance : les enfants et jeunes adultes.

Élevés à coups d’aliments d’OGM, de pesticides, de substances radioactives et (pétro-)chimiques, l’avenir des jeunes générations à de quoi inquiéter. Parallèlement à un effondrement des valeurs et une médiocrité patente de l’enseignement – dont l’idéologie est dictatoriale -, la mauvaise alimentation vient couronner et parfaire ce que l’on pourrait nommer la « décadence sociétale »

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

4 réflexions au sujet de « NASH/NAFLD : quand le « foie gras » humain fait des ravages ! »

  1. Ceux qui nous gouvernent veulent peut être un peuple malade et vulnérable. La malbouffe étant aussi nocive pour la Santé mentale.
    En plus les géants de l’agroalimentaire qui font des profits mirobolants font leurs lois à l’Assemblée et à Bruxelles.

    1. Bonjour,

      “Peut-être” ? Et comment ! La bonne santé ne rapporte pas d’argent, donc il n’y a strictement aucun intérêt financier pour les lobbys et les grands trusts à ce que les gens vivent sainement.

      L’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments), par exemple, est LE régulateur de ce qui entre et sort de tous les supermarchés et même les magasins BIO. Le hic … c’est qu’ils sont financés par les pires ordures, dont les noms sont désormais connus.

      Merci pour votre intervention.

      Bien à vous,

      Jimmy

  2. Si, je dis bien SI, “on” veut bien ne pas oublier, que rien n’arrive par hasard, le décodage des maladies indique très clairement que le foie est l’organe qui gère les problèmes de MANQUES.
    N’est-ce pas ce qui touche de plus en plus de monde aujourd’hui dans nos sociétés ?
    Entraînant “de facto” la mise en stock de matériaux nécessaires à la survie de l’individu !
    Là, le cerveau archaïque fait son travail de sauvegarde normal. Lui ne connaît pas (hélas !) la composition de la bouffe industrielle et c’est bien à l’être conscient de faire ses choix alimentaires et de se faire aider par des spécialistes si besoin !… qui ne doivent pas oublier l’origine du mal chez la personne concernée, sinon c’est l’emplâtre sur la jambe de bois !

    1. Bonsoir,

      Toutes les maladies se répandent à vitesse grand V car les systèmes immunitaires des occidentaux sont complètement épuisés. Nous sommes face à une hécatombe et la NASH/NAFLD est un sujet plus que d’actualité. Les ravages à prévoir dans un futur proche sont largement sous-estimé à l’heure actuelle … c’est une certitude.
      Le corps a une incroyable faculté d’adaptation et les gens en abusent, à leurs risques et périls. Ce qui est dérangeant, c’est qu’ils n’en ont pas conscience car les gens communs ne considèrent pas l’alimentation à la hauteur de ce qu’elle devrait être. Pire, ils la dénigrent et se mettent dans des conditions digestives impensables.

      Merci pour votre intervention et votre soutien.

      Bien à vous,

      Jimmy