ActualitéArticles

Obésité : analyser la fin pour comprendre les moyens !

L’absurdité incarnée par la croissance de l’obésité dans le monde est l’un des plus majestueux reflets des politiques en cours vis-à-vis de la populi.

Si vous pensez toujours que les institutions ont pour préoccupations votre bonne santé, alors il est plus que temps de vous réveiller et d’être factuel. Et, n’en déplaise à ceux que cela pourrait déranger, la mauvaise santé des gens est beaucoup plus lucrative qu’une hypothétique bonne santé.

“Le business anti-santé”, voilà qui pourrait faire un sujet hautement riche en informations croustillantes. A l’image du PDG de Microsoft prônant une volonté de dépopulation massive lors d’une conférence TedX en 2010, les dirigeants de multinationales (incluant les États, qui sont les plus grandes d’entre toutes) ne se cachent plus : ils veulent réduire la population aux moyens de diverses mesures.

Parmi elles, la conférence met en avant la politique de dépopulation par les vaccins et les services de santé … évoqués par Bill Gates lui-même afin de réduire de 10 à 15% la population.

« Une population totale de 250 à 300 millions de personnes, une baisse de 95% par rapport au niveau démographique actuel, serait l’idéal », tels furent les propos tenus par Ted Turner, ex-PDG de la chaine télévisée américaine CNN, au magazine Audubon en 1996.

Mais, comme le disait si bien H. Kissinger, « qui contrôle la nourriture contrôle le monde ». Dès lors, quoi de plus logique de voir s’accroître les problèmes santé liés à l’alimentation.

L’obésité est une conséquence des mécanismes déjà mis en place, et non une cause, qui converge à merveille avec les objectifs de dépopulation actuels.

OGM, pesticides, lobbys, nano-particules, édulcorants intenses, aliments morts, sur-industrialisation, semences hybridées, sur-exploitation des sols et des élevages, aliments avariés et non adaptés à l’humain, eau dégradée et hautement contaminée, etc. Cette liste-ci n’est pas exhaustive, mais elle donne d’ores et déjà le tempo de l’ampleur de la gravité de la situation.

Au sujet de l’obésité, je vous fais part d’un résumé d’étude parue dans The Lancet le 31 mars 2016 et intitulée « Tendances de l’indice de masse corporelle des adultes dans 200 pays de 1975 à 2014 : une analyse groupée de 1698 études de mesure basées sur la population regroupant 19,2 millions de participants ».


Résumé (traduit de l’anglais)

Contexte :

L’obésité grave et l’obésité grave et morbide sont associées à des risques très élevés d’effets indésirables sur la santé. Nous avons estimé les tendances de l’indice de masse corporelle (IMC) moyen, qui caractérise la distribution de la population, et les prévalences d’un ensemble complet de catégories d’IMC pour les adultes dans tous les pays.

Méthodes :

Nous avons analysé, en utilisant un protocole cohérent, des études de population qui avaient mesuré la taille et le poids chez les adultes âgés de 18 ans et plus. Nous avons appliqué un modèle hiérarchique bayésien à ces données pour estimer les tendances de 1975 à 2014 de l’IMC moyen et des prévalences des catégories d’IMC (<18,5 kg/m2 [insuffisance pondérale], 18,5 kg/m2 à <20 kg/m2 , 20 kg/m2 à <25 kg/m2, 25 kg/m2 à <30 kg/m2, 30 kg/m2 à <35 kg/m2, 35 kg/m2 à <40 kg/m2, ≥ 40 kg/m2 [obésité morbide]), par sexe dans 200 pays et territoires, organisée en 21 régions. Nous avons calculé la probabilité a posteriori d’atteindre l’objectif de stopper d’ici 2025 l’augmentation de l’obésité à ses niveaux de 2010, si les tendances de l’après 2000 se poursuivent.

Résultats :

Nous avons utilisé 1698 sources de données basées sur la population, avec plus de 19,2 millions de participants adultes (9,9 millions d’hommes et 9,3 millions de femmes) dans 186 des 200 pays pour lesquels des estimations ont été faites.

L’IMC moyen mondial normalisé selon l’âge est passé de 21,7 kg/m2 (95% d’intervalle crédible de 21,3-22,1) en 1975 à 24,2 kg/m2 (24,0-24,4) en 2014 chez les hommes, et de 22,1 kg/m2 (21,7-22,5) en 1975 à 24,4 kg/m2 (24,2-24,6) en 2014 chez les femmes.

L’IMC moyen régional en 2014 pour les hommes allait de 21,4 kg/m2 en Afrique centrale et en Asie du Sud à 29,2 kg/m2 (28,6-29,8) en Polynésie et en Micronésie ; pour les femmes, la fourchette allait de 21,8 kg/m2 (21,4-22,3) en Asie du Sud à 32,2 kg/m2 (31,5-32,8) en Polynésie et en Micronésie. Au cours de ces quatre décennies, la prévalence globale de l’insuffisance pondérale normalisée selon l’âge a diminué de 13,8% (10,5-17,4) à 8,8% (7,4-10,3) chez les hommes et de 14,6% (11,6-17,9) à 9,7% (8,3-11,1) chez les femmes. L’Asie du Sud avait la plus forte prévalence de l’insuffisance pondérale en 2014, 23,4% (17,8-29,2) chez les hommes et 24,0% (18,9-29,3) chez les femmes.

La prévalence de l’obésité normalisée selon l’âge est passée de 3,2% (2,3-4,1) en 1975 à 10,8% (9,7-12,0) en 2014 chez les hommes et de 6,4% (5,1-7,8) à 14,9% (13,6-16,1) chez les femmes. 2,3% (2,0-2,7) des hommes dans le monde et 5,0% (4,4-6,6) des femmes étaient gravement obèses (ie, ont un IMC ≥ 35 kg/m2). Globalement, la prévalence de l’obésité morbide était de 0,64% (0,66-0,86) chez les hommes et de 1,6% (1,3-3,9) chez les femmes.

Interprétation :

Si les tendances de l’après 2000 se maintiennent, la probabilité de stopper la progression de l’obésité mondiale est pratiquement nulle. Au contraire, si ces tendances se poursuivent, d’ici 2025, la prévalence globale de l’obésité atteindra 18% chez les hommes et dépassera 21% chez les femmes ; l’obésité sévère dépassera 6% chez les hommes et 9% chez les femmes. Néanmoins, l’insuffisance pondérale reste répandue dans les régions les plus pauvres du monde, en particulier en Asie du Sud.

⇒ The Lancet


Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé grâce à Terraponia.fr

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

 

Articles complémentaires de Terraponia :

Une réflexion au sujet de « Obésité : analyser la fin pour comprendre les moyens ! »