Articles

Santé : comment économiser 3000€ par an facilement ?

Les données en termes de santé et d’alimentation existent, mais personne jusqu’à maintenant ne les concentrait à des fins de réelle information. Avec Terraponia, cette nomenklatura de la désinformation prend fin peu à peu. Et pour cause, vous aller découvrir dès aujourd’hui le moyen d’économiser près de 3 000 euros par an et par français !

Attachez vos ceintures, car cet article pourrait à jamais changer votre vie !

Quantifier la Consommation de Soins et de Biens Médicaux (CSBM), un enjeu vital !

Chers lecteurs, connaissez-vous l’INSEE ? Je suis convaincu que le nom « Institut National de la Statistique et des Études Économiques » vous parlera un peu plus. Non ? Bon, tant pis.

L’INSEE, c’est le fourre-tout statistique de la France. En bref, c’est à travers cet Institut que toutes les données mathématiques de la France sont filtrées … afin de quantifier l’inquantifiable et de créer des liens là où il n’y en a parfois pas.

Pourtant, tout n’est pas à jeter. Certaines de leurs publications sont véritablement d’intérêt commun, et c’est exactement ce qui intéresse Terraponia aujourd’hui. Le sujet d’intérêt commun du jour, c’est celui-ci : la CSBM.

Pour faire court long, la CSBM est la Consommation de Soins et de Biens Médicaux. Pourquoi quantifier précisément cette consommation est-elle importante ? Simplement parce que c’est elle qui détermine l’augmentation (ou la diminution) des dépenses de santé en France. Parallèlement, elle permet de déterminer un coût moyen de dépenses annuelles de santé par français.

Typiquement dans la lignée des propos de Terraponia, l’INSEE est aujourd’hui un renfort de taille pour montrer avec acuité et précision comment la CSBM influe sur la Santé [financière] des français. Bon, je l’avoue : la Sécurité Sociale va nous donner un petit coup de pouce ! Snif, jamais je n’aurais pensé utiliser un jour des informations de la SS (attention, la SS désigne la Sécurité Sociale et non la Schutz-Staffel de l’Allemagne nazie)

Des coûts prohibitifs en perpétuelle augmentation !

Pour ne rien vous cacher, les chiffres révélés coïncident à 500 euros près avec mes coûts de santé annuels lorsque j’étais plus jeune et médicamenté. Qui plus est, ils ont le mérite d’être factuels et non biaisés, ce qui est plutôt rare pour des chiffres français.

Regardons un peu tout cela de plus près ! Selon l’INSEE, « en 2015, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) est évaluée à 194,6 milliards d’euros, soit environ 2 930 euros par habitant. Elle représente 8,9 % du PIB [de la France]. »

Selon la Sécurité Sociale (SS), « en 2012, la dépense de santé par habitant s’élève à 2 806 euros, soit 1,7% d’augmentation par rapport à l’année précédente. Les soins hospitaliers représentent la plus grande part dans la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) avec 46,3%. Viennent ensuite les soins ambulatoires (25,8%), les médicaments (18,7%) et dans une moindre mesure les autres biens médicaux (7,0%) et les transports de malades (2,2%). »

Un tableau récapitulatif de la SS, ci-dessous, vient faire office de cerise sur le gâteau.

L’analyse des données de l’INSEE et de la SS

Pour mesurer l’objectivité des données, une statistique m’a conforté dans la qualité des données publiées : la part des dépenses occupée par la consommation de médicaments en France dans la CSBM. Pourquoi cela ? Simplement parce que 60 Millions de consommateurs avait fait paraître un rapport d’étude très poussé il y a un an expliquant que la dépense moyenne en médicaments était de 700 euros par an et par français (Se soigner sans ordonnance, 60 Millions de consommateurs, Hors-Série N°191, Décembre 2017).

En faisant un calcul succinct, pour 2012 notamment, on se rend compte que la dépense moyenne en médicaments par an et par français était d’environ 525 euros. Pour 2015, on arrive à 586 euros, grâce aux données de l’INSEE. Dès lors, il n’est pas étonnant que le chiffre moyen de 700 euros de médicaments par an et par français soit paru fin 2017.

Que constate-t-on ? La perpétuelle augmentation de la CSBM par habitant. Entre 2007 et 2015, elle a augmenté au rythme moyen de 2,07% par an. Sur 8 ans, cela constitue donc une hausse globale de la CSBM par habitant de 16,54%.

En poursuivant la logique de croissance de 2,07% jusqu’à 2018, on devrait se retrouver à la fin d’année 2018 avec une CSBM par habitant d’environ 3 111 euros. C’est considérable ! D’autant plus qu’au moins 80% de ces frais de santé pourraient être évités. Nous aborderons la question un peu plus loin. Rendez-vous compte que cela représente un coût annuel d’environ 12 500 euros pour une famille française de 4 personnes !

Au moins 80% de la CSBM pourrait être évitée grâce à la Nutrithérapie !

Ce n’est pas compliqué ! Une alimentation saine permet d’éviter une dépense de soins allant de 2 000 à 3 000 euros par an pour une personne française « moyenne ». Je ne parle même pas de celles et ceux qui sont obligés de prendre des traitements à vie très coûteux, des cancéreux, etc. Là, on peut arriver à une demi-douzaine de milliers d’euros d’économies.

Ce constat est basé sur des retours vérifiés de patients et, aussi, sur des constats personnels aisément vérifiables par l’exemple.

Rien que sur les médicaments, la dépense moyenne des français est d’environ 700 euros par an (cf. 60 Millions de Consommateurs). Soit ! Mais avec une alimentation saine et physiologique, le besoin d’utiliser des médicaments s’envole littéralement. J’en suis la preuve vivante, et des milliers de personnes en font le constat chaque année. Nous n’avons pas besoin de médicament pour vivre. C’est même l’inverse : nous avons besoin de ne pas prendre de médicament pour vivre un minimum décemment !

Dès lors, rien qu’à ce niveau-ci, cela représente 700 euros d’économies par an et par français adoptant une alimentation saine et décidant de prendre sa santé en main. Reportez cela aux 2,2 personnes par foyer, en France, et vous obtenez la bagatelle de 1 540 euros d’économies moyennes par an et par foyer français.

A cela, plein d’autres choses peuvent se déduire tels que les frais de déplacement (pour aller chez le médecin, le spécialiste ou à la pharmacie), le prix exorbitant des consultations médicales, les congés pris pour X ou Y consultation, etc. En somme, avec les économies sur les médicaments, on arrive d’ores et déjà à des économies moyennes de 1273 euros par français et par an. Par ménage français, cela représente une économie moyenne d’environ 2 800 euros par an !

Un exemple d’économies financières bien précis : MOI

Il y a à peine 6 ans de cela, une année de CSDM me coûtait seul entre 2 500 et 3 000 euros.

Aujourd’hui, alors que je n’ai plus été voir le moindre médecin, pneumologue, allergologue, posturologue, podologue, dermatologue, ophtalmologue, dentiste, opticien, pharmacien, etc. depuis ces six dernières années, j’ai littéralement économisé entre 15 000 et 18 000 euros !

Pour être plus clair, le fait d’être devenu indépendant en termes de santé me permet de me payer 2 mois de vacances luxueuses chaque année.

Et je ne prends un exemple, moi, qu’à titre individuel. Je ne parle même pas d’une famille de 4 personnes qui peut arriver, elle, à économiser jusqu’à 10 000 euros par an de CSBM si tous ses membres deviennent maîtres de leur santé.

De mon vivant, j’économiserai au minimum 150 000 euros de CSBM ! Et j’en profite(rai) au maximum !

Qui a dit qu’une alimentation saine présentait des désavantages ? Vous n’y croyez pas ? C’est votre droit, mais il ne s’agit nullement de croyances … simplement de faits objectifs que je vis au quotidien avec moi-même mais aussi avec mes patients !

Une alimentation saine ne présente QUE des avantages, vis-à-vis de soi-même du moins : énergie considérable, bien-être corporel, psychologie au beau fixe, douleurs disparues, joie de vivre quotidienne, économies financières substantielles (voir ci-dessus), plaisir de manger insoupçonné, richesse gustative inégalable, etc.

Le SEUL petit revers de la médaille que l’on peut attribuer à une alimentation saine et à une personne en excellente santé est le caractère légèrement anti-social qu’on peut leur attribuer. En effet, manger sainement est un mode de vie, globalement incompatible avec la plupart des éléments de notre société.

Difficile d’aller manger dans un fast-food avec ses potes et de se dire en bonne santé, pas vrai les jeunes ? Celui-ci est, certes, le plus caricatural … mais il existe des dizaines d’autres exemples !

Toutefois, en ce qui me concerne, il n’y a pas photo entre les centaines d’avantages apportés par une alimentation saine et la pleine santé et le petit désavantage d’être à contre-courant socialement parlant.

C’est un choix, qui se fait vite en réfléchissant trente secondes, mais si je suis encore sur cette planète pour en parler, c’est que la Nutrithérapie m’a littéralement sauvé la vie … et certainement pas la société, ni la médecine, ni la pharmacie, ni tout ce que vous voulez.

Terraponia et la Nutrithérapie ont un objectif commun : VOTRE santé !

La Santé est un droit fondamental, comme mentionné dans les principes fondateurs de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cependant, même si c’est écrit de leur côté, cela fait des dizaines d’années que ce droit fondamental est bafoué, dans une optique de pur business !

« Mais vous aussi, vous vous faites de l’argent », pourrait-on me rétorquer. Oui, c’est exact … et je suis totalement à l’aise avec cela. Dans notre société, l’argent est le seul et unique moyen de subsister et le seul moyen de se payer à manger jour après jour. Tout le monde travaille pour de l’argent, et c’est pour cela que vous vous levez tous les matins pour aller au boulot. La Nutrithérapie étant mon activité professionnelle, il est donc légitime de demander une compensation financière en l’échange de services qui, en plus, :

  1. VOUS sauverons la vie
  2. Améliorerons VOTRE votre bien-être
  3. VOUS éviterons de vous faire balader par des médecins bafouant le serment initialement prêté
  4. Permettrons à VOTRE être tout entier d’accéder à une santé inégalée et méconnue de tous
  5. VOUS ferons économiser BEAUCOUP, BEAUCOUP de dépenses médicales (voir ci-dessus)

Changer votre vie à jamais, c’est possible grâce à la Consultation en Nutrithérapie

Alors oui, je demande de l’argent. Mais investir en moi, une nouvelle fois, c’est investir en VOUS ! Et puis, investir 500 ou 1 000 euros en moi et donc en VOUS, pour gagner entre 100 000 ou 200 000 euros à l’échelle d’une vie si vous appliquez avec soin mes conseils … n’est-ce pas rentable ?

La Consultation en Nutrithérapie vous permet d’accéder à mes précieux conseils pour que vous puissiez DEVENIR ENFIN MAÎTRE DE VOTRE SANTÉ !

A travers la Consultation en Nutrithérapie, mon but est le suivant : NE PAS REVOIR MES PATIENTS PLUS DE 2 FOIS, sauf pour des maladies graves et/ou avancées telles que l’Alzheimer, le cancer, etc. où le suivi se fait parfois sur plusieurs années. 2 consultations à l’échelle de VOTRE vie, c’est suffisant pour VOUS donner toutes les clés de la pleine santé. Qui plus est, un suivi régulier est réalisé pendant 6 mois après chaque consultation.

Enfin, sachez que l’argent ne pourra jamais corrompre ni mon intégrité, ni mon savoir, ni mon honneur, ni ma passion ! Tous ceux qui prennent contact avec moi peuvent en attester !

Je remercie vivement, à ce sujet, un lecteur de Terraponia dénommé « Pinpin » pour un commentaire publié sur un autre site web :

Alors, si vous voulez véritablement changer de vie, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Je serai toujours aux côtés de mes lecteurs et de mes patients, indépendamment de la somme d’argent versée. Ça c’est une certitude absolue !

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »