Articles

Santé : comment éviter d’avoir du diabète ?

Nombreux sont ceux d’entre vous à poser cette question justifiée mais qui, à mon sens, n’a plus le moindre secret aujourd’hui. Pour avoir déjà reçu des patients diabétiques, je connais exactement les contraintes que le diabète (type 1 ou 2) génère pour l’organisme et sur les gens.

Les mécanismes de peur fonctionnent tellement bien que le diabète suscite désormais presque autant de peur que le cancer. Partout, on entend que le diabète est ravageur et omniprésent dans la société … mais à qui la faute si ce n’est à ceux qui nourrissent les populations ?

Dans cet article, Terraponia s’attache à faire le point sur une maladie qui n’a vraiment pas de quoi apeurer qui que ce soit en ce sens qu’elle se rétablit relativement très bien dans la plupart des cas de diabète de type 2. Pour ce qui est du type 1, les améliorations ne sont pas plus compliquées à obtenir … et je dirais même plus simples dans la mesure où les parents daignent accompagner leur enfant dans les changements nécessaires du point de vue alimentaire.

Qu’est-ce que le diabète ?

Tâchons d’être concis tout en étant exhaustif … un challenge !

Très simplement, le diabète se caractérise par une élévation dite « chronique» (= qui dure ou se répète) de la glycémie sanguine, c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang. Comment cela fonctionne-t-il ? Rien de plus simple : après ingestion d’aliments, l’objectif du corps est de récolter un maximum de glucose de ces derniers. De fait, le corps transforme autant que possible les glucides en glucose. Ce dernier passe ensuite dans le sang … qui va lui-même redistribuer cela un peu partout dans le corps et, notamment, aux endroits ciblés.

Hors, la glycémie sanguine doit se maintenir à 1 g/L ! Et, pour se faire, un organe bien trop méconnu entre en jeu : le pancréas. Dès qu’il détecte une augmentation de la glycémie, il sécrète une hormone appelée « insuline ». Par analogie, on peut associer l’insuline à un barrage hydroélectrique. En effet, lorsqu’un excédent de glucose se profile dans le sang, c’est bien l’insuline qui va dire STOP ! Comment ? Tout simplement en permettant le passage du glucose sanguin vers les cellules du corps afin d’être métabolisé (utilisé ou bien alors stocké).

Dans la mesure où une personne est diabétique, deux cas de figure s’offrent à elle :

  1. Le pancréas ne produit plus assez (ou pas du tout) d’insuline.
  2. L’organisme est devenu résistant à l’insuline produite par le pancréas. On dit alors que la personne est  insulino-résistante.

De fait, dans les deux cas, de plus en plus de glucose se retrouve présent dans le sang en permanence. La glycémie (donc le taux de glucose) sanguine devient trop importante tout le temps. C’est aussi ce que l’on appelle une hyperglycémie permanente (ou chronique).

Non-diabétique : 0,70 g/L < glycémie à jeun < 1,10 g/L de sang

Diabétique : glycémie à jeun > 1,26 g/L de sang

Je ne parle pas de la glycémie après un repas, qui est un non-sens absolu !

Les deux grands types de diabète

  1. Diabète de type 1, aussi appelé diabète « insulinodépendant » : dans ce cas-ci, le pancréas ne produit pas assez d’insuline afin de réguler convenablement la glycémie
  2. Diabète de type 2, aussi appelé diabète « non-insulinodépendant » : dans ce cas-là, le corps devient tout d’abord insulino-résistant (= résistant à l’insuline) puis la production d’insuline diminue peu à peu.

Une petite chronologie du diabète, selon la FFD

  • IIème siècle après J.C : le médecin Galien, de la Rome antique, décrivait les symptômes d’un patient correspondant à ce que l’on appelle aujourd’hui « diabète » : boire et uriner.
  • 1776 : Dolson isole le sucre des urines et montre que le glucose des diabétiques se trouve non seulement dans les urines de ces derniers mais aussi dans leur sang.
  • 1869 : un étudiant allemand découvre des îlots situés dans le pancréas : les îlots de Langerhans.
  • 1889 : la première fois qu’un lien est établi entre le pancréas et le diabète par deux chercheurs allemands.
  • 1921 : découverte de l’insuline.
  • 1922 : première injection d’insuline (extraite du pancréas de porc) sur un enfant de 14 ans.
  • 1923 : début de la production industrielle d’insuline, par des laboratoires, à partir du pancréas de bœuf et de porc
  • 1955 : description de la structure chimique de l’insuline humaine.
  • 1978-1982 : l’insuline est désormais produite par génie génétique.

Et si vous arrêtiez d’être diabétique(s) ?!

J’entends déjà tout le monde s’affoler et dire que le diabète fait des millions de victimes chaque année. C’est (peut-être) vrai, encore faut-il avoir confiance dans les données scientifiques institutionnalisées, mais il n’empêche que le diabète peut se résoudre plus ou moins aisément selon l’avancée des symptômes du patient.

Alors, je vais vous expliquer quelque chose que très peu de gens savent : vos organes n’ont pas l’âge de vos artères ! Ce phénomène de renouvellement cellulaire permanent s’appelle « l’entéropoièse ». Autrement dit, que vous ayez 30 ans, 40 ans, 70 ans ou 100 ans, votre pancréas a tout au plus quelques mois.

A titre d’informations, le sang humain se renouvelle entièrement tous les 4 mois. A l’égard du squelette humain, les os ont besoin de 3 mois. L’ADN humain se renouvelle quant à lui tous les 2 mois. Pour le foie, le délai est de 6 semaines. Concernant la peau, c’est 4 semaines. La muqueuse stomacale se recrée en 5 jours.

Dès lors, pour ne plus être diabétique (ou ne pas le devenir), il faut que plusieurs cycles de régénérations cellulaires pancréatiques se passent très bien afin que cet organe puisse se réparer de lui-même.

Pour se faire, une seule et unique voie est possible : celle de l’alimentation et du repos.

L’alimentation et le repos, des vertus thérapeutiques hors-norme

Tant que vous êtes vivant(s) et que vos problèmes sont internes au corps (chirurgie exceptée), partez du principe que la pleine santé est encore atteignable … aussi douloureuse ou délicate votre vie soit-elle.

On a appris le défaitisme aux gens, en termes de santé, et cela marche très bien. Hors, chez Terraponia, on sait ce qui peut ou ne peut pas être fait, et c’est bien ce qui fait la force de ce site.

Mon ouvrage « De l’aliment au nutriment » est une excellente amorce pour comprendre comment fonctionne l’interaction des aliments avec notre corps.

On dit souvent que l’argent est le nerf de la guerre, mais on oublie souvent de préciser que c’est le nerf de la guerre sociale. En ce qui concerne la santé du corps et de l’esprit, les nerfs de la guerre sont l’alimentation ET le repos. Prétendre à la (pleine) santé sans ces deux éléments, à fortiori le premier, est juste utopique. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’alimentation est notre carburant et le repos est notre assistant de régénération par excellence.

A un niveau très simple, le corps puise sa capacité de fonctionnement des aliments ingérés et il puise sa capacité de régénération à partir du temps qu’on lui laisse pour utiliser le potentiel énergétique créé à partir des mêmes aliments ingérés.

Conclusion

Alors oui, le diabète fait partie de ces maladies qui n’ont absolument rien de définitives … et d’absolu. Chaque diagnostic diffère entre les patients et c’est la raison pour laquelle vous ne trouverez jamais des conseils précis et particuliers « à grande échelle » sur ce site.

Chaque être humain est spécifique, et c’est pour cela que j’exerce le métier de Nutrithérapeute : pour prendre en compte les spécificités de vie, de culture et de consommation de CHAQUE patient et pour poser un diagnostic précis et personnalisé. D’ailleurs, c’est aussi la raison pour laquelle je réalise des Consultations en Nutrithérapie … qui VOUS permettent de me consulter par Skype ou email sans avoir à vous déplacer.

Toutefois, pour toutes les raisons maintes fois évoquées dans mes précédents articles, une alimentation physiologique et du repos demeurent les clés de voûte en vue de VOTRE rétablissement et de VOTRE santé.

Le diabète n’a vraiment rien d’effrayant et ne partez surtout pas biais en tête que c’est la fin des haricots si jamais vous souffrez de cette maladie. Bien au contraire, faites-vous confiance, faites confiance à votre corps et faites confiance à Terraponia.

Mon leitmotiv est que vous deveniez rapidement MAITRE DE VOTRE SANTÉ. Alors, si vous tenez vraiment à votre santé, que vous souhaitez la développer et que vous souhaitez travailler avec la plus qualifiée pour se faire … dirigez-vous directement vers la Consultation en Nutrithérapie. Votre vie en sera forcément positivement affectée, sans parler des bénéfices en termes de santé.

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »