ActualitéArticles

Viande rouge : classée cancérogène par l’OMS … mais toujours consommée !

Le présent article est un relai d’informations issues du site de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Oui, rien que ça !

Pour être tout à fait transparent, je n’ai aucun intérêt avec cette institution et il est plutôt rare que j’y fasse référence. Cependant, le dogme alimentaire lié à la consommation de viande, à l’influence démesurée, requiert de puiser à la source des informations dites « officielles ». Quoi de plus « officiel » (au sens oligarchique du terme) que le site même de la plus grande organisation de santé au monde : l’OMS.

Avant de laisser place à ce recueil d’informations précieuses visant à discréditer la consommation viande, par une institution « agréée », je tenais à faire ce petit préambule afin d’éviter toute sorte de contestation « illégitime ». Eh oui, il faut prendre beaucoup de pincettes pour communiquer au XXIème siècle. Qui nous parle encore de « liberté de parole » ? Assange, Snowden, Hammond sont – entre autres – les exemples même de ce déni de liberté.

Ceci étant dit, allons jeter un coup d’œil aux propos (ci-dessous) de nos amis (boutade !) de l’OMS. Bien sûr, seul le contenu croustillant a été sélectionné afin de vous éviter une lecture longue, inintéressante et parsemée de (pseudo-)prudence scientifique. La viande est cancérigène, on le sait … alors place aux faits.


Cancérogénicité de la consommation de viande rouge et de viande transformée (OMS)

« Octobre 2015.

Qu’appelle-t-on viande rouge ?

La viande rouge fait référence à tous les types de viande issus des tissus musculaires de mammifères comme le bœuf, le veau, le porc, l’agneau, le mouton, le cheval et la chèvre.

Qu’appelle-t-on viande transformée ?

Les produits carnés transformés (ou viande transformée) font référence à la viande qui a été transformée par salaison, maturation, fermentation, fumaison ou d’autres processus mis en œuvre pour rehausser sa saveur ou améliorer sa conservation. La plupart des viandes transformées contiennent du porc ou du bœuf, mais elles peuvent également contenir d’autres viandes rouges, de la volaille, des abats ou des sous-produits carnés comme le sang.

À titre d’exemples de viandes transformées, on trouvera les hot-dogs (saucisses de Francfort), le jambon, les saucisses, le corned-beef, les lanières de bœuf séché, de même que les viandes en conserve et les préparations et les sauces à base de viande.

Les méthodes de cuisson de la viande modifient-elles le risque ?

Les méthodes de cuisson à haute température génèrent des composés qui peuvent contribuer au risque cancérogène.

Quelles sont les méthodes les plus sûres pour cuire la viande (par ex. à la poêle, bouillie, rôtie ou grillée au barbecue) ?

La cuisson à température élevée ou avec la nourriture en contact direct avec une flamme ou une surface chaude, comme dans le barbecue ou la cuisson à la poêle, produit davantage de produits chimiques cancérogènes (comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les amines aromatiques hétérocycliques).

La consommation de viande rouge a été classée comme probablement cancérogène pour l’homme (Groupe 2A). Qu’est-ce que cela signifie ?

Dans le cas de la viande rouge, cette classification se fonde sur des indications limitées provenant d’études épidémiologiques montrant des associations positives entre la consommation de viande rouge et le développement d’un cancer colorectal, indications soutenues par de fortes indications d’ordre mécanistique.

La consommation de viande transformée a été classée comme cancérogène pour l’homme (Groupe 1). Qu’est-ce que cela signifie ?

On utilise cette catégorie quand on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité chez l’homme. En d’autres termes, on dispose d’indications convaincantes de ce que l’agent provoque le cancer chez l’homme. Cette évaluation se fonde généralement sur des études épidémiologiques montrant le développement du cancer chez les personnes exposées.

Quels types de cancers sont liés ou associés à la consommation de viande rouge ?

Les données les plus solides indiquant une association avec la consommation de viande rouge concernent le cancer colorectal. Il existe également des données indiquant des liens avec le cancer du pancréas et le cancer de la prostate.

Quels types de cancers sont liés ou associés à la consommation de viande transformée ?

Le Groupe de travail du CIRC a conclu que la consommation de viande transformée provoque le cancer colorectal. Une association avec le cancer de l’estomac a également été observée.

Combien de cas de cancer chaque année peut-on attribuer à la consommation de viande transformée et de viande rouge ?

Selon les estimations les plus récentes du Global Burden of Disease (GBD) Project (fardeau mondial de la maladie), organisme de recherche universitaire indépendant, 34 000 décès par cancer par an environ dans le monde sont imputables à une alimentation riche en viandes transformées.

La consommation de viande rouge n’a pas encore été établie comme cause de cancer. Toutefois, si la causalité des associations rapportées était prouvée, le projet GBD a estimé que les régimes riches en viande rouge pourraient être responsables de 50 000 décès par cancer par an à travers le monde.

Quelle quantité de viande peut-on consommer sans danger ?

Le risque augmente avec la quantité de viande consommée, mais les données disponibles pour cette évaluation ne permettent pas de conclure quant à l’existence d’un niveau de sécurité.

Le mode de conservation peut-il influencer le risque (par ex. salaison) ?

Différents modes de conservation peuvent entraîner la formation de substances cancérogènes (comme des composés N-nitrosés). »

⇒ Lien source : http://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/fr/


Certes, on perçoit une prudence assez risible dans leurs propos … et je vous en ai épargné certains d’un  ridicule prononcé. Toutefois, les faits sont clairement établis et ils ne s’en cachent plus. Autrement, pourquoi publier de telles informations sur un tel site ? Parfois, le plus évident est ce qui se trouve sous nos yeux. Mais chez Terraponia, nos yeux sont des détecteurs qui ne laissent rien passer !

Les sources, scientifiques ou non, ne manquent désormais plus et je reviendrai sur le sujet ultérieurement.

En attendant, prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé.

Merci à tous pour vos commentaires et votre soutien. Je vous invite, si ce n’est déjà fait, à vous abonner à Terraponia.fr.

Jimmy

 

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

4 réflexions au sujet de « Viande rouge : classée cancérogène par l’OMS … mais toujours consommée ! »

  1. Il faut prévenir nos ancêtres sinon nous risquons de ne pas avoir vu le jour O_O
    Oui, c’est un peu tiré par les cheveux cette histoire …
    Je fais attention à mon alimentation en consommant des produits des locaux, jamais de fast-food et le moins possible de nourriture indusctrielle. J’essaie d’être raisonnable, sans excès. Les “études scientifiques” pour me pousser à adopter le mode de vie vegan n’ont pas d’emprise sur moi.

    1. Laissons nos ancêtres là où ils sont et agissons avec ce qui est autour de nous.
      Faire des parallèles historiques alors que les qualités des aliments, des sols et des animaux n’avait strictement rien à voir est d’une extrême imprudence.

      Si le passé conditionne l’absurdité alimentaire dans laquelle nous sommes actuellement, il est grand temps d’arrêter de comparer les modes supposés de consommation datant de plusieurs (dizaines de) milliers d’années avec ceux d’aujourd’hui.

      Qu’est-ce qui est tiré par les cheveux ? Justifiez votre argumentation ! Les élevages sur-médicamentés et sur-exploités qui ne voient jamais la lumière du jour, la nourriture (OGM) déficiente à laquelle ils sont soumis, le stress intensif quotidien et répété … sans oublier la cuisson à outrance, les modes de production absurdes et injustifiés, etc.

      Est-ce cela que vous trouvez tiré par les cheveux ? L214, cela vous parle-t-il ?

      L’objectif de Terraponia est d’informer, sensibiliser et guérir … pour ceux que cela intéresse et qui veulent s’en sortir ! C’est un site anti-dogmatique, donc n’essayez pas de vous persuader du contraire.

      J’accepte tout type de commentaire, mais les raccourcis réducteurs sont inutiles … et chronophages.

      Merci de votre compréhension.

      Bien à vous,

      Jimmy

  2. Quant à savoir SI et surtout SI c’est la viande elle même ou SI ce sont les additifs, les différends produis chimiques résiduels qu’elle peut contenir du fait du mode d’élevage des bêtes et de leur soins vétérinaires, SI ce sont les particules de Maillard liés au mode de cuisson, C’est en effet une étude TRÈS “vague” qui dit que ceux qui mange de la viande rouge semblent développer plus de cancer que ceux qui en mange moins ! Mais il est impossible de différentier ceux qui mangeraient de la vrai viande BIO, non brûlée, en quantité raisonnable 2 ou 3 fois par semaine !

  3. Plasticienne engagée, j’ai réalisé une série de dessins intitulée « Pouvoir d’achat ». Absurdité et cynisme des mots utilisés pour l’étiquetage des barquettes de viandes. Cette série de dessins aux crayons de couleur reprend mot pour mot les étiquettes des communicants de l’agroalimentaire pour nous donner l’impression de la viande comme bonheur de la nature …

    > A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/dessein.html